Appel de textes

Représentations et pouvoir

Appel de propositions

Volume 10-1 

La Revue d’Histoire de l’Université de Sherbrooke sollicite des propositions d’articles pour un numéro thématique sur les représentations et le pouvoir.

Manifestation culturelle d’un imaginaire collectif, la représentation est intrinsèquement liée au pouvoir. L’étude de ce lien est un préalable à la compréhension des sociétés passées puisqu’elle convertit la symbolique de siècles révolus en un matériel actuel pour l’historien et l’historienne.

Depuis le Moyen Âge tardif, « représenter » est un terme polysémique pouvant désigner une représentation physique d’un autre individu (représenter quelqu’un) ou une construction mentale (se représenter quelque chose). Dans Les Deux Corps du roi, Ernst Kantorowicz affirma qu’à la fin du Moyen Âge, le roi possédait un corps physique distinct du corps divin et immatériel qu’il incarnait par son titre. Le roi régnait parce qu’il représentait Dieu et qu’il était investi de sa grâce.

L’interdépendance entre la représentation et le pouvoir se perpétua avec force dans la modernité, aussi bien dans les régimes absolutistes que dans le parlementarisme émergent. Le pouvoir peut effectivement être représenté par des institutions, démocratiques ou non, tels que les systèmes judiciaires et les parlements. À bien des égards, la légitimité même d’un pouvoir repose sur sa représentation au sein de la société où elle existe. Étudier la représentation et le pouvoir, c’est donc approfondir la compréhension d’une société et de son cadre mental. 

Détails thématiques et recherche de textes

Dans ce numéro, nous encourageons la couverture de l’ensemble des périodes historiques et des espaces géographiques. La RHUS aimerait recevoir des propositions abordant les représentations et le pouvoir comme vecteurs des rapports sociaux. L’incarnation de ces rapports de pouvoir, qu’ils soient symboliques, imaginés ou concrets, peut être analysée sous tous les angles possibles : social, politique, économique, culturel, etc. Voici quelques exemples de la multitude des sujets pouvant être proposés : les luttes et les résistances, les identités, l’iconographie, les contacts et les échanges, les relations de pouvoir à travers le genre, le patriarcat, les représentations du corps, les sphères privées et publiques, les Premières Nations, l’application de la justice dans une société donnée ainsi que la décolonisation.

Modalités méthodologiques

Nous vous invitons à nous faire parvenir avant le 9 janvier 2017 des propositions d’articles, d’essais, de comptes rendus, de bilans historiographiques ou de notes de recherches. La liste des thématiques proposées n’est pas exhaustive. En ce sens, toute proposition dont le sujet gravitera autour du thème général sera prise en considération par le comité éditorial. Ces propositions devront comprendre un résumé de 500 mots, une courte présentation de l’auteur.e. et une banque de mots clés. Également, il est demandé de respecter les normes de présentations que vous pouvez consulter sur notre site web (http://rhus.association.usherbrooke.ca/).

Veuillez soumettre vos propositions à l’adresse suivante : revuehistoire.udes@gmail.com.

La RHUS a pour mission de diffuser les travaux des étudiants et étudiantes ainsi que de susciter l’intérêt envers leurs champs de recherche. Elle publie des contributions d’étudiants ou d’étudiantes, mais aussi de chercheuses et de chercheurs, du Québec comme de l’étranger, dans une perspective historique. Toutes nos publications sont révisées par des évaluatrices ou des évaluateurs externes. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre site web, nous envoyer un courriel ou nous suivre via facebook.

 

Laisser un commentaire